L’égoïsme et l’altruisme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’égoïsme et l’altruisme.

Message par Dominique le Jeu 9 Jan - 10:46

L’égoïsme et l’altruisme :

L’égoïsme est un terme que souvent nous utilisons de manière négative.
Pourquoi une telle négativité concernant cette attitude ?
On considère qu’être égoïste c’est se préoccuper uniquement de sa « petite personne » sans se préoccuper des autres, sans se poser la question « est-ce que mon attitude porte préjudice à autrui ? »…

Par opposition l’altruisme lui est considéré comme une attitude noble, une attitude « à avoir », car, à l’inverse de l’égoïste, l’altruiste se préoccupe des autres avant de se préoccuper de lui-même.

Ces deux comportements, mis en application dans la vie de façon extrême et indépendamment l’un de l’autre conduisent souvent à du mal être, des conflits internes et malheureusement aussi à la dépression.

Notre culture et notre société nous inculque (pour se donner bonne conscience) d’être altruiste malgré nous, et paradoxalement elle nous pousse à l’égoïsme à outrance : compétition, acquis matériels, conquête du pouvoir, être toujours le meilleur etc. La fin justifiant les moyens…

Pas étonnant que certains d’entre nous ne sachent plus comment naviguer dans ce monde de contradictions.

Nous adoptons donc des comportements égoïstes et pour soulager le mal être qui en découle nous avons quelques actions altruistes, histoire de soulager notre conscient.

N’y a-t-il pas mieux à faire ?

J’en reviens à la dépression et au mal être.
Trop souvent liés à un altruisme involontaire ou forcé (incapacité à dire non), la personne s’oublie totalement. Dans sa conception la personne ne s’autorise pas le bien être avant celui des autres… Il est difficile d’imaginer qu’une telle personne soit un jour heureuse, en effet il est impossible pour elle de soulager toute la souffrance de la terre.
A vouloir endosser constamment les problèmes de son entourage pour le soulager, cette personne fini par s’affaisser, devient malheureuse, ressent du mal être, peut développer une dépression. Elle ressent aussi de l’injustice pour ne pas être récompensée des ses efforts. Et le drame c’est que bien souvent l’entourage ne s’en préoccupe absolument pas. L’altruisme à l’extrême entraîne l’égoïsme à l’extrême.

Devons nous être altruiste si cela nous porte préjudice ? Vis-à-vis de nous même en avons-nous le droit ? Devons nous alors développer encore notre égoïsme ?

De toute façon il y a lieu de faire quelque chose puisque l’on sait que se porter préjudice empêche notre bien être et notre bonheur de s’exprimer.

Ne serait-il pas plus judicieux d’exprimer un altruisme contrebalancé par un égoïsme et vis versa ?
En gardant à l’esprit « respect de soi » et « respect des autres » cela devient assez simple :
Je peux exprimer mon altruisme tant que ma loi « respect de moi » est vérifiée et je peux exprimer mon égoïsme tant que ma loi « respect des autres » est vérifiée.

Pour pouvoir s’occuper des autres, il va falloir commencer par s’occuper de soi et devenir un peu égoïste… tout en gardant en tête notre loi.

En effet comment aider les autres si l’on n’est pas capable de faire cela pour soi même ?

_________________
http://www.monsterleet.com
http://reiki.monsterleet.com
http://mon-portrait.perrin.monsterleet.com/
avatar
Dominique
Admin

Messages : 18
Date d'inscription : 21/11/2013
Age : 50
Localisation : Méréville

http://www.monsterleet.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum